glamash
Live is Life...

*Live is Life* PMA – Le début de l’aventure – Part 1…

Aujourd’hui je vais encore te raconter ma vie. Oui oui oui !

Et comme ça va encore être longuet, ça sera en deux parties ! Oui oui oui !

Mais attention ! Aujourd’hui je ne te parle pas maladie, mais conception et

PMA !

Alors pour commencer, petit retour en arrière histoire de mieux comprendre…

2014-2015, en couple depuis plus de 10 ans, je me sens enfin « prête » à me lancer dans l’incroyable aventure de fonder une famille

Oui, avoir un seul enfant c’est aussi fonder une famille ! Car nous sommes partisans du « un, c’est bien », et après chacun fait comme il veut hein.

…avec mon Homme.

Mais encore faut-il y arriver à en faire un

Alors, si tu as suivis un tantiné soit peu mon histoire, en 2015 lors de mon année de traitement à coup de Anti Tnf alpha pour contrer ma RCH je devais prendre un contraceptif. J’ai donc dû mettre en pause mon désir de grossesse (qui ne prenait pas), ce qui m’avait un peu foutu en l’air quand même…

Nous voilà donc mi-2016, je suis sortie du protocole, je suis donc enfin libre de faire ce que je veux de mon corps…

Alors, comme on te l’a appris à l’école, quand une maman et un papa font l’amour sans contraceptif ni protection, BIM ! Ça fait un bébé !

Et bien sache une chose : on nous a MENTI !

Alors, ouiiiii, je sais bien que c’est comme ça que l’on fait les bébés (Papa c’est quoi cette bouteille de lait?).

Ouiiii, je sais qu’il existe (on dirait que je parle de licorne haha) des filles qui tombes enceinte au premier coup

Le pourcentage de meuf comme ça ? Faiblard j’te dis.

La vérité c’est que quand tu te sens « prête » et ben c’est bien, mais ça va pas forcément marcher du premier coup. Ni du deuxième, troisième, bref...

Alors, il est vrai que je n’ai jamais pris ma température, ni suivi mon cycle afin de savoir quand j’ovulais. Je n’ai pas fais de tests d’ovulation (qui coutent un bras) pour savoir LE moment où il fallait le faire.

Moi, bien conne, j’ai laissé faire la nature.

Donc mi-2016 à mi-2017, on laisse faire les choses, lâchée prise toussa… mais le temps passe et toujours pas de grossesse en vue

JE commence donc à me poser des questions : on a essayé avant l’année de traitement… rien.

On a essayait pendant un an après le protocole… rien.

Je me dis qu’il faudrait peut-être, éventuellement, penser à consulter un gynécologue. (non je n’écrirais pas GYGY !!!)

Bon, allez hop ! On se sort les doigts, on demande autour de soit des noms de gynéco qui sont bien

A savoir que je n’ai jamais été fan de ce genre de consultations. Quand ta gynéco a du avoir son diplome en 1902 et qu’elle a donc un discourt et des pratiques aussi vieilles qu’elle, tu n’as pas envie d’y retourner…

…et on prend rendez-vous pour le 22 juillet 2017.

Le nouveau gynéco

Ce gynécologue nous a donc reçu, car oui nous y sommes allés tous les deux. Ils nous a écouté, il nous a expliqué et suite à cela il nous a redirigé vers une de ses consoeurs spécialisée en PMA.

Bon, ben voilà, chère Jennifer ! Tu n’es donc pas capable de procréer comme tout le monde, va falloir qu’on t’aide.

Et ou sinon Jen, tu le gères comment le fait que tu aies que 35 ans (à ce moment là) et que tu te rendes compte que ça ne marchera pas « normalement »…

Bah super bien ! Un peu comme ça quoi !

Ouais, Bim ! Prends ça dans ta face !

Ça m’a foutu un premier coup au moral en mode : « T’as vu meuf, t’as attendu trop longtemps ! Maintenant faut qu’on t’aide à faire ce qui est la base des bases de la vie ! »

La nouvelle gynéco

J’ai eu rendez-vous le jeudi 27 Juillet (oui tu sauras toutes les dates précisément) au centre Henri Matisse sur Cimiez. Maintenant elles ont déménagé, c’est le Centre Fertilia à Saint Laurent du Var (info pour celles qui sont dans le coin).

Tu consultes donc la gentille gynécologue qui suite à tout ton blabla, va te prescrire des examens tellement fun que quand j’aurai fini de t’en parler, je suis sûre que tu voudras trop faire les mêmes !

HAHAHA !

Les examens :

Je n’ai pu commencer tout ça que le 2 septembre, à cause des vacances en Août toussa (Su.Per.). Première (et carrément pas la dernière) prise de sang. Puis une autre le 6 septembre pour savoir si je n’étais pas enceinte (le lol du jour) afin de pouvoir faire l’examen du vendredi…

Le vendredi 8 septembre, j’ai donc fait ma première (et là j’espère bien dernièrehysterosalpingographie.

L’hysterosalpingographie (hystérographie) est utilisée principalement aujourd’hui pour évaluer la perméabilité des trompes. L’obstruction tubaire est une des causes d’infertilité féminine. L’hystérographie est une technique employant des produits de contraste iodé et les rayons X.

Aaaah l’hystero-machintruc ! Un pur moment de bonheur ! Le kiffe total !

J’ai pris rendez-vous dans le centre de radiologie Saint-Jean à Cagnes-sur-Mer. Jusque là, tout va bien.

Sauf que voilà, faire une radio c’est une chose, faire une hystéro-truc, c’est d’un autre level.

Je suis donc allongée en position gynécologique sur une table de radiologie, donc super froide, donc super pas confort et donc sans étriers pour tes pieds.

Parfait !

L’assistante, qui était vraiment au top, me propose quand même un super coussin confortable, c’est déjà ça.

Arrive le monsieur qui va donc pratiquer l’examen.

Alors là, ça devient assez folklorique par ce que moi, je fais pas dans le normal, easysans problèmes (exemple au hasard : la clé USB qui ne fonctionnait pas pendant l’endoscopie ?).

Son foutu speculum…

Speculum : Outil médical — généralement en métal ou à usage unique en plastique — permettant d’explorer une cavité corporelle par l’écartement des parois. (Écartement est vraiment le terme adéquat.)

…qui ce jour là ne veut pas rester en place.

Sa lampe clip (pas du tout adéquate elle) accrochée en bout de table pour voir le fond de ma wachacha

Wachacha ? Je pense que je n’ai pas besoin de te faire un dessin pour que tu comprennes ce que je veux dire.

…qui ce jour là ne veut pas rester pas en place non plus !

On est bien j’te dis !

Une fois qu’il arrive à faire tenir tout ça (Yeah!), il essaie de passer et faire tenir le cathéter. Ou ça ? Au niveau du col de l’utérus, voyons !

Rebelot ! C‘est la galère ! Pas qu’il soit nul mais plutôt j’ai un soucis avec mon col, genre j’ai eu une conisation qui fait que c’est pas si easy que ça.

Youpitralala !

Une fois tout en place, l’assistante est prête à faire les clichés. Moi je suis super concentrée sur… moi-même. Et le Doc balance le produit de contraste.

Tin d’sa mémé ! Le produit parcourt mon intérieur et la douleur est grandissante.

Excusez-moi, mais l’impression qu’Alien me déchire les entrailles, c’est normal ?

Ah ben faut croire que oui. Su.Per.

Cet examen se pratique vessie vide. Il est inconfortable mais souvent indolore, une gêne et une douleur équivalente à celle des menstruations peuvent être occasionnées lors de l’injection du produit de contraste. Selon Wikipédia.

Alors j’ai mes règles depuis mes 16 ans, j’ai déjà eu mal, vraiment mal mais pas comme ça… Selon ma môman (qui a donc eu 3 enfants en 72, 76 et 81, donc les nouvelles technologies toussa hein on oublie), la douleur ressenti est proche des contractions.

J’aimerai bien que quelqu’un me précise comment celui ou celle qui a écrit ça sur Wikipédia, conçoit le niveau de douleur : « une gêne et une douleur équivalente à celle des menstruations » ?!?

Quand ça fait mal, ça fait mal !

Alors je vais pas faire ma warrior mais je suis pas non plus une novice dans les douleurs sympa. Juste pour rappel, les endoscopies rectale c’est sans anesthésie. Après chaque personne est différente, je sais.

Bref…

L’assistante a quand même été d’une rapidité de fifou. Premier cliché. Clic, clac. Elle change la plaque. On attend un peu que ça se diffuse plus. J’ai mal. Deuxième cliché. Clic, clac. C’est bon c’est fini !

L’examen n’a duré que 5 minutes mais tin, j’ai connu plus sympa. A partir du moment où le Doc enlève le cathéter, ça va déjà beaucoup mieux.

Enfin fini ! Ah non, pas vraiment.

Tu as le droit de te lever 5 minutes, de t’essuyer un peu (bah vi ça coule hein l’apesanteur, toussa, non?) que tu retournes déjà faire le premier cliché tardif. Après tu as gentiment le droit d’aller t’assoir en salle d’attente pendant 20 minutes. Puis tu fais le deuxième cliché tardif.

Durant cette attente, j’ai eu mal mais c’était rien comparé à l’examen donc bon.

Ça, c’était donc l’hystéro-fulguropoing.

Le lendemain matin, on continu les examens. Par ce que bon, je n’avais pas assez souffert la veille. Allez hop ! Première échographie endopelvienne.

Un nouveau truc dans ma wachacha à 8h30 du mat, je kiffe !

Avec en prime appuyage sur ton bas ventre histoire de mieux voir ton intérieur… (Aieuh)

Bon, ça dure pas longtemps, tant mieux ! Mais ce n’est pas fini !

Direction le labo à coté pour le test de Hühner.

Le test de Hühner est déclaré positif lorsque l’examen microscopique de la glaire révèle la présence de nombreux spermatozoïdes mobiles. A l’inverse, lorsque les spermatozoïdes sont rares et/ou immobiles, tout laisse à penser que la glaire empêche le passage des spermatozoïdes : le test de Hühner est alors déclaré négatif. Le prélèvement est aussi indolore qu’un simple frottis cervico-vaginal.

Un spéculum (toujours là lui -_- )plus tard le mec me racle littéralement l’intérieur de la wachacha. Oui, oui !

Indolore ? Là pour le coup c’est encore loupé pour moi

Il a tellement raclé mon intérieur en me disant « Vous n’avez pas beaucoup de glaire… » Qu’au bout de trois fois, il me sort « Et vous saignez un peu là… »

NON MAIS C’EST PAS VRAI ! J’TE CROIS PAS C*NNARD !

Tin mec ! T’es en train d’me racler comme le fond d’un pot d’nutella quand tu sais que tu n’en as pas d’autre sous la main ! Et tu me sors que je saigne ?!?

SERIEUSEMENT ?!?

Là, tout de suite, maintenant, c’est ce que j’ai envie de faire avec ta tête !

Allez, merci monsieur et j’espère ne pas te revoir…

Le biologiste

Après ces 3 examens super sympatoches, nous avons eu rendez-vous avec le biologiste du labo qui pratique (le labo pas le biologiste) les inséminations à la clinique St Georges.

Entre temps, l’Homme avait pratiqué un examen, certes non douloureux, mais qui la première fois te fout bien le malaise : le dépôt pour le spermogramme. Coucou chéri !

Donc, avec tous les résultats, il nous explique que souvent ça ne fonctionne pas et qu’ils savent pas pourquoi (super rassurant, merci). Mais que des fois en lisant les divers résultats cela montre les faiblesses ou les défaillances et qu’il y a des solutions.

Alors moi avec mes résultats et mes antécédent médicaux, ça donne ça :

1- mon col est atrophié (d’où le Doc qui galère à accrocher son cathéter) suite à une conisation en 2002, merci le Papillomavirus et ses cellules pré-cancereuses de moyennes à sévères…

2- ma production de glaire cervical (objectif : favoriser le passage des spermatozoïdes du vagin vers l’utérus, puis les trompes) est faible et en plus de mauvaise qualité (Su.Per)

Conséquence de ces 2 points : les spermatozoïdes (et non je n’écrirai pas les ZOZOS !) ont du mal à passer.

De plus, j’ai une production de follicules de meuf de 40 piges… Ce qui veut dire que ma réserve ovarienne est pas mal basse. Et du coup j’en balance moins par cycles que les filles de mon âge.

Sachant tout cela mais qu’a première vue tout fonctionne plus ou moins normalement.

La gynéco décide de passer à la première étape pour nous : l’insémination artificielle.

Bon, et comme j’explose le nombre le mot et que j’ai encore 1000 trucs à te raconter, la suite c’est dans 2 jours ; )

Voilà voilà !

3 thoughts on “*Live is Life* PMA – Le début de l’aventure – Part 1…

  1. Bienvenue en PMA

    J’en sort de ce parcourt
    Et au joie finit tous ça..
    Pour l’hystero ca a du être écrit par un homme car moi j’ai eu mal mais ça a été dans l’ensemble mais ma soeur a hurler tellement la douleur a été insoutenable.. et en general il y’a de tout de la souffrance et moins mais c’est sûr que ce n’est pas une partie de plaisir..

    En tous cas courage pour ce parcourt a venir..
    Il y’a des groupes sympa au quel participer si ça t’intéresse (on y parle pma mais pas que)

    1. Cool que tu sois sorti de ce parcours du combattant !
      Et c’est clair que la définition de l’hystéro n’a pas était écrite par une femme haha !
      Merci du soutient et je regarderai pour les groupes : )

  2. Oh javou que c’est un soulagement après 4 ans de galère et 10FC j’ai au final découvert toute seule ce qui ne tournais pas rond chez moi.. un comble après avoir vu différent spécialiste..
    De rien faut s’armer de courage et de patience mais le jeux en vaut la chandelle
    😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :