GLAMASH
Live is Life...

*Live is Life* PMA – La suite de l’aventure – Part 2…

Donc, me revoilà ! Où est-ce qu’on en était ?

Ah oui !

(Si tu as loupé le début c’est ici : PMA – Le début de l’aventure)

PMA – L’insémination artificielle

J’ai débuté le traitement avec du Provames (il est utilisé pour soulager les symptômes dus au déficit en œstrogènes lors de la ménopause et dans le cadre d’un cycle artificiel hormonal en association avec un traitement progestatif) en attendant mon début de cycle.

Mes règles sont arrivées le 5 Novembre. J’ai donc pris un rdv dans les 4 premiers jours.

Le 7 Novembre, première échographie de contrôle à 7h30 du mat, j’adore !

Après cette écho, elle me met sous traitement à base piqûres de GONAL-f. (Utilisé (entre autre) chez femmes adultes sous traitement par techniques de procréation médicalement assistée (traitement de fertilité) comme la fécondation in vitro. GONAL-f est administré pour stimuler les ovaires afin d’obtenir la production simultanée de plusieurs ovules.)

Le GONAL-f, c’est sous forme de stylo injecteur. Je n’ai pas peur des piqûres (RCH bonjour) donc easy.

Là, commence la valse des rendez-vous.

Elle me donne rdv quelques jours plus tard. Re écho de contrôle et hop ! Une prise de sang.

Elle voit si il faut ajuster le traitement suite aux résultats d’analyses. Au cas où si j’ovulais trop vite, j’avais des piqûres d’Orgalutran  (Prévention des pics prématurés d’hormone lutéinisante (LH) chez les femmes en cours d’hyperstimulation ovarienne contrôlée (HOC) dans le cadre des techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP))

Quelques jours plus tard, re écho de contrôle et prise sangtraitement, écho, prise de sang

Bref.

Puis un jour après un énième contrôle écho, elle te dit : « C’est bon, vous déclenchez l’ovulation dans 2 jours! » avec un piqûre d’Ovitrel (J14). ( Ovitrelle est administré pour déclencher la maturation folliculaire finale et la lutéinisation après stimulation de la croissance folliculaire.)

Hein, quoi ? Déjà ? Ooooook !

Tu fais donc bien ta piqûre, et moi pendant deux jours j’ai eu de légères douleurs dans le bas ventre. J’ai senti que ça « travaillait ».

Le jour J

Alors le jour J, y’a pas plus simple !

Mon Homme a eu rdv le matin afin de faire le « dépôt ». Il a attendu que les laborantins vérifient que tout va bien, puis ils lui ont donné l’heure de rdv pour moi. Cela varie en fonction de… bah en faite, je n’en ai pas la moindre idée.

Bref, quand j’ai eu mon heure de rdv, je me suis pointée au labo, elle m’a fait m’allonger sur une vraie table avec de vraies étriers, elle a vérifié que c’est bien moi et que c’est bien le sperme de mon mec, pose le speculum, le cathèter (sans soucis d’ailleurs).

Puis elle a injecté la solution pré-préparée. Pré-préparée car « ils » procèdent à un tri, virent les moches, les tordus, les lents, histoire de garder que des winners !

Et hop ! C’était fini.

Perso, je n’ai absolument rien sentis…

Je suis restée, posay, allongée 5-10 minutes et puis je suis retournée à mes occupations.

Mes occupations ? Perso, j’ai posé un jour de congés. Car entre le dépôt le matin de ton mec et le rdv pour l’insémination, tu sais pas trop quand tu y passes.

J’ai donc eu ma première insémination : le 20 novembre 2017 soit à J16.

Une bonne journée de repos dans le canapé avec les chats, c’est troooop bien ! : )

Mais à partir de là commence l’attente interminable, les doigts croisés, le stress, les prières, toussa quoi…

Bon, avec quand même un petit traitement par voie vaginal avec du Progestan (Ce médicament contient une hormone naturelle, la progestérone. Il est utilisé pour corriger une insuffisance de sécrétion de progestérone : par voie vaginale dans le traitement de troubles de la fertilité et pour prévenir les fausses couches et les avortements spontanés à répétition.)

Un pur moment de bonheur matin et soir pendant 12 jours.

Génial !

Pendant cette interminable attente, j’étais vraiment à l’écoute de mon corps.

J’ai senti quelque chose, c’est assez indescriptible et je pense que c’était surtout dans ma tête. Je pense que c’était purement psychologique.

En tout cas je me suis chouchouté, je n’ai absolument pas forcé. Tranquille quoi !

Malgré tout impossible de savoir si ça avait pris ou pas !

Nous sommes le 5 décembre, j’arrive à J31 avec donc un retard de 5 jours sur mon cyclenormalement que 3 jours mais mes cycles s’étaient déjà raccourcis naturellement à 26 jours. Mon impatience est à son comble !

Mais voilà t’y pas que je me mets à saigner...

J’étais complètement au bout de ma vie de ne pas savoir… Enceinte / pas enceinte…

J’ai donc pris l’initiative d’aller dans un labo à Biot, le lendemain matin afin de faire un prise de sang de contrôle. 

Première prise de sang, le 6 décembre

Mon taux d’hormone Chorionique Gonadotrope, de son petit nom hCG, était à 113 sachant que quand (a peu près) tu es au dessus de 10 tu es enceinte

Un sentiment de joie joie joie m’emplis ! Je sais que ce n’est pas définitif, que tout peut basculer mais ça a marché !

Du premier coup !

J’ai du mal à y croire et un peu perdue car malgré tout car je saigne toujours. Puis ce n’est que la première prise de sang. Mais j’y crois !

Légèrement inquiète, je décide d’appelé la gynéco. Je tombe sur la secrétaire, qui même après mon explication, me dit juste qu’elle va m’envoyer une ordonnance pour les prises de sangs… D’ailleurs, comme tout se passe easy dans ma life, elle oublie carrément ce jour là de m’envoyer cette ordonnance. Je rappelle donc le 7 décembre au matin : donnamoi mon ordonnance !

Ok, c’est bon, je l’ai reçu par mail, demain matin direction le labo pour la deuxième prise de sang.

Deuxième prise de sang le 8 décembre

Il est 7h30 du mat, je fais ma prise de sang et je monte à mon taf. Je sais que je dois attendre 14h pour avoir les résultat, c’est long…

Mon cerveaux bouillonne, j’ai envie de pleurer de joie et d’incertitude… Mon cerveaux et mon coeur sont dans un ascenseur émotionnel.

L’attennnnnnnnte… Argh ! Mais que le temps paraît long, dans ces moments là !

Ça y est, il est 14h ! J’appelle le labo… Mon taux est monté à 230 !

Explosion de pleurs dans ma voiture ! La fille du labo d’analyse ne sait pas si je pleurs de joie ou pas ! Elle me sort d’une toute petite voix « C’est une bonne nouvelle ? ». Ça me fait sourire.

Et je n’arrête pas de pleurer, j’appelle mon Homme, j’appelle ma mère !

Et je pleurs… Heureuse mais en pleurs…

Malgré tout, je saigne toujours. Je décide donc d’appeler cash la gynéco. Je lui dit les résultats ainsi que les saignements.

Elle me demande de venir de suite à son cabinet. Je quitte le boulot en vitesse. Priorité absolue sur tout ce que je peux avoir à faire, mon patron comprend très bien.

Une fois sur place, petite écho pour vérifier qu’il n’y ait pas de kystes.

C’est bon, tout va bien !

Mais en prévision elle m’arrête quand même une semaine et me remets sous Progestan.

Je suis joie, c’est purement indescriptible ! J’ai envie de le crier au monde !

Mais je sais aussi que ce n’est pas encore gagné, qu’il peut se passer bien des choses…

Allez ! Moi qui suis de nature pessimiste, je positive à fond ! Ça a marché !

Troisième prise de sang le 12 décembre

Dans la matinée, je décide de descendre en ville. Je ne pouvais pas aller au labo en bas de chez moi car ce n’était pas le même qu’à Biot. J’ai dû aller en ville dans un labo de même filiale que celui où j’ai fait mes premières prises de sang. Histoire d’être sûr que les examens soient pratiqués pareils.

L’attente des résultats est intermiiiiiiiinable. Encore pire que le vendredi !

Je suis chez moi. Toute seule en stress sur mon canapé. Bon, ok je ne suis pas toute seule, je suis avec mes chats.

Bon allez, 14h, j’appelle le labo

Et là, c’est le drame.

Mon taux est redescendu à 38

Et là, le monde s’écroule autour de moi.

Je me mets à pleurer du plus profond des mes tripes, je suis dégoutée, abattue, perdue, je suis emplie d’une tristesse infinie…

Cela faisait longtemps que je n’avais pas connu ça. Même si ce n’est pas la même chose, la dernière fois que j’ai ressentie une si grande tristesse c’est quand j’ai du faire piquer mon chat d’amour Ficanas il y a quelques années.

J’appelle mon Homme pour le prévenir, il a mal. J’ai mal.

Je n’arrête pas de pleurer…

J’ai du mettre bien 2 heures pour me calmer et arrêter de pleurer. Après j’étais juste vide…

Ascenseur émotionnel de ouf !

J’ai appelé la gynéco pour lui annoncer, elle se veut rassurante même si elle aussi est un peu « triste » que il n’ait pas tenu…

A ce jour, j’ai l’impression d’avoir rêvé ce moment. Comme quoi le cerveau est bien fait.

Nous sommes donc en mi-décembre et le labo ferme pour Noël.

De toute manière, vu que je viens de faire une fausse couche précoce, que j’ai le moral au plus bas, et que mon cycle est, pour le coup, complètement dérangé, je me vois mal retenter de suite. On verra le cycle suivant.

J’ai donc passé de superbes vacances de Noël dans la joie et la bonne humeur.

LOL

Janvier 2018

  • Mon début de cycle à commencé le 1er Janvier. Et bonne année !

On a donc tout recommencé : écho de contrôle, prise de sang, traitement

La gynéco est super optimiste.

Même si il n’avait pas tenu, malgré tout, tout fonctionne. Du coté de mon Homme, son sperme féconde et de mon coté tout le système fonctionne.

Oui mais bon… J’la sens pas cette fois-ci… J’ai encore mal psychologiquement de cette première fois. Je suis énervée, fatiguée et j’ai juste envie de mettre des baffes au monde entier. Oui, rien que ça !

C’est pas grave allez on y va !

  • Insémination le 16 janvier (J16).

J’suis quand même pas au top de ma forme…

  • Bim ! Début de cycle le 27 Janvier.

Bon ben voilà quoi, j’l’ai dit que j’le sentais pô…

Bon allez ! On lâche rien ! Cette fois ci je suis mieux dans ma tête et dans corps même si mon cycle raccourci à vue d’oeil ! Je suis sûre que ça va marcher !

Écho de contrôle, prise de sang, traitement

  • Insémination le 6 Février (J11).

Si c’est plus court, c’est par ce que mon corps est impatient d’être maman ! 

  • Bim ! Début de cycle le 18 Février.

Arrrrrgh… MAIS EEEEUH… Impatient, ou pas…

Et puis encore plus court mes cycles hein !

Je commence à réellement fatiguer. Mon corps est en souffrance : RCH et SPA qui se réveillent. Mais aussi psychologiquement. J’essaie malgré tout de ne pas y penser. Bon c’est assez difficile quand tu dois te piquer le bide tous les soirs.

Écho de contrôle, prise de sang, traitement…

Mais je reste positive ! Allez ! On y croit !

  • Insémination le 27 Février (J9).

Je suis dans une bonne phase, j’essaie de ne pas y penser. J’y crois à fond ! Cette fois-ci c’est la bonne !

Je pense à rien pendant une semaine et demi, puis malheureusement à chaque fois que je vais aux toilettes, c’est le stress de la goutte de sang…

  • Et BIM ! Début de cycle le 10 Mars.

Fail

Là, je baisse les bras. J’en ai marre. Il faut que je fasse une pause.

Ça ne sert à rien de continuer de suite dans cet état d’esprit. Il me faut un break, il me faut un kit-kat. LOL

On en discute avec mon Homme, car même si c’est évidemment plus lourd pour moi cette histoire, et bien on est deux. On décide d’attendre.

En février, elle m’avait positionné un rendez-vous pour le 30 Mars, histoire de faire le point, si ça a marché ou pas, de voir si on continu la PMA avec les inséminations (6 sont remboursées par la Sécu) ou si on passe en FIV (3 de remboursées).

Et ou sinon Jennifer, comment ton cerveau gère tout ça ?

Et bien, mal !

Je vais pas te mentir. Tu en viens à penser des choses pas cool…

Pourquoi elle ? Pourquoi pas moi ? Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Est-ce que j’ai attendu trop longtemps pour me lancer ? Et pourquoi ai-je attendu aussi tard pour commencer ? J’aurai dû arrêter la pilule il y a bien longtemps !

En plus, avec tout ça je remarque que la pilule bah ça sert pas à grand chose chez moi, puisque ça marche pas !

Pourquoi, pouuuurquoiiii !

J’me dis que j’ai quand même une hygiène de vie pas trop moche. Je ne suis pas en surpoids, je ne suis pas en sous-poids. Je fais attention à mon alimentation et à mon sommeil. Ne fume pas un paquet par jour, je ne me drogue pas. Je n’ai jamais été une grosse buveuse et j’ai même complètement arrêté l’alcool depuis le 31 Décembre

Pourquoi ça ne marche pas ?!?

J’en viens à détester toutes les femmes enceintes. Même mes copines ! Je vous aime hein et je suis tellement heureuse pour vous ! Mais voilà, j’ai aussi une partie de moi complètement jalouse, complètement frustrée, complètement à coté d’la plaque.

Alors, je me suis posée la question : est-ce normal de penser de genre de chose ?

Et là réponse est… bien je ne sais pas !

Mais ce que je sais, c’est quand cherchant un peu, j’ai bien vu que les filles qui sont dans le même process que moi ont souvent ce genre de pensés :

« Pourquoi les autres et pourquoi pas moi ? »

Ne va pas croire que j’ai définitivement baissé les bras.

Je reste positive ! Ou du moins, j’essaie.

On ira jusqu’au bout de ce que l’on nous propose. Là, je profite de cette pause sans stress (tout est relatif hein, si c’est pas ça c’est toujours autre chose) pour être au mieux quand on va recommencer.

Et si elle décide de me passer en FIV, je me ferai un plaisir de tout te raconter en détails !

Merci à mon Homme, ma famille, Dotty, Audrey Fpp, Julie, Nath et Nono, Laure, Christine, Ninine, les copains et les copines pour tout votre soutient #CoeurAvéLesDoigts <3

Voilà voilà !

9 thoughts on “*Live is Life* PMA – La suite de l’aventure – Part 2…

  1. Courage! Et c’est tout a fait normal de ressentir cette jalousie vie à des autres les psy disent même que c’est saint..
    Après tous nous ne sommes que des êtres humains..
    C’est bête mais ma soeur appris sa grossesse quelques temps avant la mienne et j’ai mal vécu quel soit enceinte en même temps que moi..(la pmalaisse des sequelles)

    En tous cas ne perd pas espoir même si c’est dur ça a marché faut y croire..

    (En France c’est 4 FIV prise en charge et parfois il y a une 5eme en dérogations dans certain cas)

  2. La jalousie est normale je pense en tout cas je rescends les mêmes choses que toi (pourquoi elle et pas moi ? Qu est ce que j ai fait de mal ?…)

    Nous sommes en début de PMA et pour nous c est la FIV qui est indiquée.
    Nous en saurons plus mi avril et espérons rentrer en protocole rapidement.

    Bon courage à tous les deux pour tout ça. Et si besoin n hésite pas 😉

  3. Que puis je te dire ….oui j’ai pleuré en te lisant….car on ne se rend pas compte de tout ce parcours.
    Alors merci d’avoir eu le courage de le raconter…et oui tu es une warrior !!!!!
    Et oui c’est normal ces pensées de jalousie.
    Mais tu vas y arriver, ne désespère pas surtout
    Valérie

  4. J’ai l’impression de revivre l’enfer quand je lis ton histoire, car soyons honnête c’est l’enfer.
    En tout cas, ne baisse pas les bras, n’hésite pas à faire des pauses entre tes cycles, je sais que lorsqu’on a la tête dedans on a qu’une seule envie:que ça marche.
    Avec du recul, je me dis que ça aurait fait du bien, autant pour le corps qui prend cher, que pour tout ce que le couple surmonte.
    Si tu perds un peu espoir sache que moi j’y crois, vous allez y arrivé.
    Pleins de bisous, vous savez où nous trouver si vous avez besoin.

  5. Ohlalalalala, l’ascenseur émotionnel comme tu le dis si bien, ton récit m’a émue aux larmes… je comprends complètement ce que tu peux ressentir, on est vraiment pas égaux face à la nature et on a le droit de se dire que c’est vraiment injuste !!
    J’espère de tout mon cœur que vous réussirez, ne lâche rien tu as raison ! Je te souhaite beaucoup de courage, même si je sais que tu n’en manque pas, ça ne dépend pas toujours de soi avec ces traitements et tout le tintouin !
    Des bises et des bonnes ondes !
    Marie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :